Moins d’un mois après la cérémonie, il frappe son épouse.

« Une conception moyenâgeuse du couple », résume le procureur.
« J’étais très en colère », se défend le Chartrain de 42 ans, dans le box des comparutions immédiates du tribunal de Chartres : « Elle était partie pendant quatre jours. Et elle m’a menti ».

Mais il nie avoir frappé la femme qu’il a épousée un peu moins d’un mois auparavant : « Elle marque facilement. Elle a dû tomber toute seule ».(…)

Source

[simple-payment id= »992″]