L ‘homme de 30 ans jugé en comparution immédiate pour «

destruction de biens par moyens dangereux » et « apologie d’actes terroristes », a campé son personnage d’emblée devant le tribunal correctionnel de Perpignan.

Il refuse de répondre devant la justice française (qui n’a pas attendu son consentement pour étoffer son casier judiciaire de 12 condamnations) parce qu’il considère de toute façon que « toutes les femmes juges sont des p… ».

Passablement alcoolisé, il avait alors été conduit à la brigade où il avait proféré des menaces pour le moins inquiétantes. « L’attentat de Trèbes c’est rien, avait-il lancé. Attendez que je sorte de prison. Je vais saigner un de vous. Dieu est grand et il vaut tout. » Des propos qu’il aurait réitérés après dégrisement.

Source