Condamné à plusieurs reprises pour injure raciale ou encore pour des propos antisémites dans ses spectacles, Dieudonné risque aujourd’hui d’être poursuivi pour

« fraude fiscale ». Le parquet de Paris a en effet demandé son renvoi en correctionnelle, révèlent nos confrères de « Les Jours » ce jeudi 9 novembre.
Dieudonné M’bala M’bala se disait ruiné. L’ »humoriste » ne remplissait même plus de déclaration d’impôts entre 2009 et 2014 en raison, disait-il, de son insolvabilité. Habitué des tribunaux, tantôt condamné pour « injure raciale et provocation à la haine », tantôt pour des « propos antisémites », il risque aujourd’hui de nouvelles poursuites judiciaires, sur un tout autre terrain cette fois, celui de l’évasion fiscale.
Selon une information révélée ce jeudi 9 novembre par Les Jours, le parquet de Paris a en effet demandé, le 28 septembre dernier, le renvoi en correctionnelle du polémiste pour « fraude fiscale », « blanchiment de fraude fiscale » ainsi que pour « abus de biens sociaux ». Une décision qui met un terme à plusieurs années d’enquête sur la gestion de son patrimoine.
« Mouvements financiers suspects »
Les investigations lancées en 2013, en pleine affaire de ‘la quenelle’, à la suite d’un signalement de la cellule anti-blanchiment de Bercy Tracfin, ont effectivement permis la découverte, un an plus tard, de 650.000 euros en espèces dans les coffres-forts de la propriété de Dieudonné en Eure-et-Loire.
Outre cette énorme somme d’argent en liquide, en provenance selon Dieudonné de la billetterie de son spectacle « Le Mur » – que les autorités tentaient alors d’interdire -, les enquêteurs ont également mis au jour une première série de transferts suspects de 414.000 euros entre 2009 et 2012, à destination de proches au Cameroun. Puis une seconde série de transferts d’espèces réalisés jusqu’en 2014 à l’étranger pour un montant total de 569.353 euros, au Cameroun mais aussi en Chine, à Hong Kong ou encore aux Emirats arabes unis.
L’enquête a « révélé l’existence de mouvements financiers particulièrement suspects, occultes et dissimulés », a conclu le parquet de Paris dans ses réquisitions. Il réclame que la compagne et associée de Dieudonné, Noémie Montagne, soit jugée à ses côtés pour abus de biens sociaux et fraude fiscale au préjudice de la société Les Productions de la Plume.
Une « insolvabilité » présumée « organisée »
Le but supposé de la démarche ? Se soustraire aux amendes adressées par la justice pour diffamation, provocation à la haine et à la discrimination raciale. Jusqu’en 2014, Dieudonné ne réglait de fait ni ses amendes ni les dommages et intérêts et aurait pour cela « organisé » son insolvabilité, poursuit le parquet, « en dissimulant tout ou partie de ses revenus » ou de ses biens.
Définitivement expulsé du théâtre de la Main d’Or à Paris, où il se produisait depuis 15 ans, l’humoriste a également vu sa dernière condamnation – à deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende – pour des propos antisémites dans son spectacle « La bête immonde » confirmée ce mercredi en appel.
Source