Confirmation : il s’agit bien d’une attaque islamique. La tragédie de Las Vegas  trouve son

origine dans la conversion de son auteur, Stephen Paddock, aux thèses sanguinaires et conquérantes de l’islam.
« Un soldat du califat (Abou Abdelberr l’Américain) – que Dieu l’accepte – muni d’armes automatiques et de munitions diverses a, depuis un hôtel donnant sur un concert de musique, ouvert le feu sur un de ces rassemblements, faisant 600 morts et blessés, jusqu’à l’épuisement de ses munitions, avant de tomber en martyr », a rapporté l’EI. »
(source:lemonde.fr)
L’intéressé, âgé de 64 ans, s’est converti il y a plusieurs mois de cela. Son entourage assure n’avoir pas remarqué l’ombre d’un changement dans son comportement.
«Il n’avait jamais frappé personne, jamais tiré avec son arme». Le frère de Stephen Craig Paddock, le tireur de Las Vegas a exprimé sa surprise à la chaîne CNN, quelques heures après le drame.
«C’est comme si un astéroïde était tombé du ciel», raconte-t-il, sous le choc.
(source : leparisien.fr)
«Nous sommes stupéfaits, sidérés !» a déclaré, abasourdi, Eric Paddock (son frère, ndlr) sur la chaîne CNN. «Il n’avait aucun lien avec aucune organisation politique ou organisation religieuse. »
(source : 20minutes.fr)

« (La revendication de l’EI) laisse les autorités américaines perplexes. Le FBI a déclaré n’avoir établi « aucun lien à ce stade avec un groupe terroriste international ». La CIA a également mis en garde dans un communiqué contre « des conclusions hâtives » et renvoyé à l’enquête en cours. Le shérif de Las Vegas Joseph Lombardo a évoqué un « loup solitaire » et un « psychopathe », se refusant lui aussi à évoquer la piste terroriste. »
(source : lemonde.fr)
C’est donc un fameux « loup solitaire ». Voilà qui va faire plaisir aux défenseurs des animaux. A ma connaissance, si les loups ennuient bien des bergers dans nos régions, je n’en ai jamais vu un seul décrocher soixante morts avec une carabine, solitaire ou pas.
Les médias officiels tentent de nous faire gober l’hypothèse du déséquilibré lambda. Il aurait « pété les plombs », selon son frère, et bien sûr, il s’est suicidé, ce qui accrédite la classique thèse du déséquilibré.
« C’est juste un type qui aime conduire à Las Vegas pour jouer au casino et manger des burritos », poursuit son frère. Un Américain moyen, en somme, qui n’aspirait qu’à la vie selon les codes de l’Oncle Sam.
Un touriste néanmoins peu ordinaire, on aura la décence de l’admettre. Il avait juste en sa possession seize armes, pour la plupart des fusils d’assaut, du matériel à explosifs et des munitions pour faire le djihad jusqu’en 2050, le tout tranquillement entreposé dans sa chambre d’hôtel.
Mais c’est parce qu’il était « détenteur d’un permis de chasse », comme le rapporte Le Monde. Ben oui, un sale campagnard traditionaliste !
Son frère note par ailleurs pour le disculper qu’« il n’était pas un suprémaciste blanc ». Nous voilà au moins rassurés sur ce point.
La conclusion est que malgré le décret « anti-immigration » de Trump il y a suffisamment de mangeurs de burritos sur le sol américain pour que les djihadistes s’épuisent à envoyer leurs bombes au pays de Mickey.
Et pour ceux qui sont déjà sur place, le gouvernement n’a qu’à s’inspirer de l’exemple algérien, qui accuse toujours un temps d’avance, avec un petit relent du passé.
Source

Source de l’article