Tariq Ramadan est arrivé à Paris jeudi 26 octobre à 23 h 10 par l’Eurostar en provenance de Londres. Il ignorait alors qu’une deuxième plainte l’accusant de viol venait d’être transmise au procureur de la République de Paris, François Molins.

Après celle d’Henda Ayari, le 20 octobre, contre l’islamologue suisse, la nouvelle plainte a été reçue vendredi 27 octobre au parquet. Elle est accompagnée d’un témoignage circonstancié et accablant, dont Le Monde a pris connaissance, ainsi que Le Parisien, et concerne des faits qui auraient eu lieu en 2009 et ne sont donc pas prescrits.

« Tariq Ramadan m’a donné rendez-vous au bar de l’hôtel Hilton de Lyon, où il était descendu pour une conférence, en octobre 2009 », raconte la nouvelle plaignante, une femme de 45 ans qui souhaite conserver son anonymat dans les médias mais dont nous avons pu vérifier l’identité. A l’époque, cette Française convertie à l’islam entretient alors, depuis le 31 décembre 2008, une correspondance avec M. Ramadan auprès duquel elle cherche conseil, comme nombre de musulmans qui se déplacent pour l’écouter.

Violence inouïe
Ce jour-là, cependant, c’est la première fois qu’elle le rencontre. « Au bout de dix minutes, il m’a dit : “Nous ne pouvons pas rester là, tout le monde nous regarde. Je suis une personne connue et le Maghrébin à l’accueil m’a reconnu et n’arrête pas de nous regarder”. » M. Ramadan lui propose donc, assure-t-elle, de rejoindre sa chambre où ils pourront poursuivre leur conversation autour d’un thé.

C’est là qu’au bout de quelques minutes aurait eu lieu l’agression. Portant une attelle à la jambe droite, la jeune femme marche alors avec des béquilles. « Il a donné un coup de pied dans mes béquilles et s’est jeté sur moi en disant : “Toi, tu m’as fait attendre, tu vas prendre cher !” » Suivent alors, selon ses déclarations, des gifles au visage, aux bras, aux seins et des coups…

Source