Pourquoi la page d’ouverture d’Astérix a-t-elle été supprimée du nouvel album ?

Quarante ans après la mort de Goscinny et six ans après qu’Uderzo a renoncé à dessiner, le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad sortent le 37e volume des aventures d’Astérix intitulé Astérix et la Transitalique.

En compagnie d’Obélix, l’irréductible Gaulois va participer à une course de char à travers l’Italie, des Alpes au Vésuve, à laquelle tous les peuples sont invités, y compris les Romains que représente le champion Coronavirus prêt à tout pour gagner et plaire à César…

L’occasion pour nos Gaulois de rencontrer des peuples qui luttent eux aussi contre la volonté unificatrice des Romains, dont les Italiques et leurs velléités d’indépendance. L’album est truffé d’hommages à ses deux créateurs, à commencer par la couverture qui rappelle Le Tour de Gaule d’Astérix à ce détail près que si Astérix conduisait lui-même le char en 1963, il n’est désormais plus que le copilote d’Obélix…

Un détail intrigue cependant dans ce nouvel album : la disparition de la fameuse page d’ouverture présentant une carte de la Gaule avec la loupe posée sur le village gaulois entouré des camps romains d’Aquarium, de Babaorum, de Laudanum et de Petibonum.

Exit également les quelques lignes situant l’action : “Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non. Un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours et à l’envahisseur…” L’éditeur a-t-il estimé que ce petit texte emblématique de la saga était aujourd’hui trop violent pour être livré à des millions de lecteurs ?

Interrogée par 20 Minutes, une représentante d’Hachette balaie le sujet, estimant que “cette question n’a pas d’intérêt”, peut-on lire sur le site du quotidien gratuit. Et de simplement évoquer un “parti pris éditorial”…

Source

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑