Il reste encore des membres de nos élites avec une lucidité certaine, ou plutôt avec une libre pensée et une libre parole, voyant la France couler à

pic et se refusant à regarder là les bras ballant que cela se passe. Bravant la bien-pensance, et prenant le risque d’être fustigé par la profession Jean Reno a dit ce qu’il voyait et ce qu’il pensait être l’une des causes de la décadence subie. Il montre un courage que peu aujourd’hui ont.

Il est important que des hommes du spectacle du calibre de Jean Reno puissent affirmer haut et fort ce que de nombreux Français ne peuvent faire n’ayant pas les courroies de transmission médiatiques avec eux. Sa parole fait écho, elle porte, elle permet de cibler des problèmes que personne au sein de la caste des acteurs, hormis quelques monstres sacrés comme Alain Delon, ne veulent ou n’osent c’est selon.

Lorsque Michel Sardou explique à Anne Fulda journaliste du Figaro que l’arrivée des migrants est « une invasion passive, prévu de nous étouffer la foutre dans la merde. »

On va me dire que je m’acharne n’ayant pas d’autres sujets sur lesquels écrire. C’est simple Mike Borowski a trouvé le thème idéal pour faire du buzz pas cher et pas trop compliqué. Evidemment nos amis progressistes et droit de l’hommiste aiment à désigner ainsi ceux qu’ils veulent discréditer auprès des français. Seulement contrairement à ce qu’ils pensent ce n’est pas le chômage ou le pouvoir d’achat les priorités des français, mais bien les questions relatives à l’immigration.

L’emploi peut toujours se trouver, ou celui-ci s’améliorer avec le temps, mais l’immigration massive subie par notre pays est un mal où il n’y a pas de retour possible. Elle engendre un changement culturel en France sans-précédent, ou plutôt une « insécurité » culturelle. Les français devenant étrangers chez eux, puisqu’ethniquement bientôt minoritaire. Personne ne veut être minoritaire, que vous alliez en Chine, ou en Algérie, l’afflux de populations étrangères causent que l’on veuille ou non, que l’on soit antiraciste ou pas, des rejets des autochtones.

La politique suicidaire migratoire va à l’encontre de nos intérêts, en continuant elle nous fera mourir en tant que peuple. Ce n’est pas raciste ou xénophobe que de le dire, c’est une réalité contemporaine que nos politiques refusent de voir, pire ils l’accentuent.

L’immigration qui arrive est un fléau, pire que tout mal qu’a pu connaître notre pays dans toute son histoire. Pourtant les frontières restent toujours ouvertes à ceux qui souillent la France.

Source

lagauchemtuer.fr