La Saint-Denis est passée et elle s’est bien passée : certains ont mangé de la choucroute, d’autres des moules-frites. Les affiches annonçant la foire traditionnelle de Dreux ont disparu du paysage, elles ne laisseront pas un souvenir impérissable. C’est plutôt le projet d’affiche et le débat qu’il a suscité dans la majorité municipale qui prêtent à réflexion.

La 838e foire de Dreux était placée sous le signe de l’Alsace. En référence à sa choucroute et sa charcuterie, l’une des affiches mettait un cochon dessiné en scène. Mais ce cochon rose plus sûrement sorti d’un dessin animé que d’une porcherie a mis le feu aux poudres : peut-on afficher un cochon sur les murs d’une ville qui compte une importante communauté musulmane de religion et de culture ?

Pas de problème d’organiser une fête sur le thème de l’Alsace dans une ville qui compte 55 % de musulmans.

Et, curieusement, ce sont plutôt les conseillers non-musulmans de l’entourage du maire qui s’y sont opposés avec force plutôt que les élus de culture musulmane.
Le maire, Gérard Hamel, a tranché et choisi une affiche sans cochon, suivant en cela ce que l’un de ses collaborateurs constatait sur les réseaux sociaux : « Pas de problème d’organiser une fête sur le thème de l’Alsace dans une ville qui compte 55 % de musulmans. » Mais il considère que le cochon serait une « provocation ».

À l’opposé de cette réflexion, celle de Naïma M’faddel N’tidam, l’adjointe au maire avait déjà milité pour le maintien des crèches de Noël dans l’espace public. Jean Rossetto, professeur de droit à Tours et chargé de la formation des imams à la laïcité, va dans le même sens : « Cette affiche ne saurait être considérée comme une provocation à l’égard de la communauté musulmane. Il s’agit culturellement d’une image inoffensive et traditionnelle en France ».

J’ai une tirelire en forme de cochon. Et alors ?

Du côté des musulmans, c’est la consternation : « Que l’on arrête de penser à la place des musulmans. Une affiche avec un cochon ne choque aucun musulman, même le plus pieux. Le cochon est une créature divine. Les musulmans ne mangent pas sa viande considérée comme impure, mais ils n’ont rien contre l’animal. ».

Rien n’empêche un musulman de lire l’histoire des Trois petits cochons à ses enfants : « Personnellement, j’ai une tirelire en forme de cochon rose dans ma cuisine. Et alors, vais-je la casser ? »

Communautarisme

L’entourage de Gérard Hamel partait sans doute d’une louable intention, mais elle donne l’impression aux musulmans d’être renvoyés dans ce communautarisme si souvent dénoncé : « Ce genre de geste peut justement pousser les gens dans leurs retranchements : les non-musulmans se sentent frustrés et les musulmans finissent par croire, eux aussi, qu’une image de cochon est impie et une provocation ».

Si l’an prochain la Saint-Denis est mise à la sauce Larzac, une affiche avec un mouton devrait avoir la bénédiction de tout le monde !

Valérie Beaudoin

Gérard Hamel : « Je n’ai voulu vexer personne »

Gérard Hamel n’a pas très envie d’épiloguer sur le cochon de la Saint-Denis. Le maire a mangé de la choucroute, une partie de son équipe a choisi la paëlla : Tout va bien : « J’ai tranché et le débat est clos. Certains pensaient que cela pouvait froisser des musulmans et qu’ils ne viendraient pas à la Saint-Denis. Ce n’était pas mon avis, mais je n’ai voulu vexer personne. Alors, on a choisi une affiche plus neutre ».

Source